Le nudisme au quotidien avec Jérôme Jolibois, candidat écolo à Bruxelles

Mini bio

Issu d’une famille franco-belge originaire de Liège en Wallonie, Jérôme a vécu toute sa vie à Paris et fait carrière comme directeur financier dans une grosse entreprise. Citoyen nudiste et engagé, Jérôme commence très jeune à militer pour la cause naturiste, les droits de l’homme et les vélos.

En 2006, fatigué de son style de vie, Jérôme décide de se rendre plus utile aux autres et part s’installer à Bruxelles. Là-bas, il lance la Cyclonudista, une manifestation naturiste qui défend la mobilité à vélo dans la capitale belge, qui fait de lui un personnage public. Petit à petit, le nudien militant s’investit dans la vie politique bruxelloise et ne tarde pas à s’encarter chez Ecolo Groen, l’équivalent des Verts en France. Ce dimanche, il est candidat aux élections communales pour Bruxelles Ville qui ont lieu en Belgique.

Bonjour Jérôme, vous qui avez grandi en France, pourquoi avoir fait le choix de quitter Paris pour Bruxelles ?

J’ai eu envie de changer de vie, j’étais directeur général d’une grosse société et je n’aimais plus cette qualité de vie. Je voulais faire qqch de plus intéressant pour les autres dans ma vie quotidienne. Je suis encore conseiller en organisation d’entreprise et j’essaie d’aider bcp  plus les petites entreprises locales mais j’ai préféré en priorité m’investir en politique. Depuis au moins 4-5 ans je suis chez Ecolo ( équivalent des Verts en France) en tant que membre actif.  J’ai choisi d’être salarié et pas indépendant pour avoir le temps de m’engager. Tous le temps que les gens passent dans les transport, moi je le passe à militer car j’habite juste à côté de mon travail !

Comment s’est passé votre arrivée à Bruxelles?

Mon premier gros coup, c’était la Cyclonudista, un an après mon arrivée. L’idée de la Cyclonudista vient de ma découverte que Bruxelles était encore moins cyclable que Paris, j’avais aussi assisté à une réunion Ecolo ou j’ai été déçu du manque d’ambition politique dans la gestion des transports à Bruxelles. C’est ca qui m’a fait m’engager!

Vous avez allié vélo et naturisme ?

La cyclonudista existait déjà en Espagne et à Londres et aux USA. J’ai n’ai fait que reprendre l’idée qui plaisait beaucoup. Pour moi, le vélo reste le moyen de déplacement le plus efficace en centre ville. Je ne dénigre pas la voiture (Jérôme conduit aussi une voiture) car on ne peut pas utiliser le vélo partout mais ca devrait être valorisé ! Combinée avec le naturisme, qui pour moi est quelquechose de naturel, ca aide à faire passer le message. La nudité sur un vélo montre la fragilité et la vulnérabilité du cycliste. Le vélo est un symbole de liberté, la nudité aussi! Ca a très bien marché, il est dur de savoir si ca a fait évoluer la cause cycliste mais au moins on en parle.

Avez-vous aussi organisé des manifestations naturistes en France ?

Non, notre association de naturiste de Paris avait son char lors de l’écolo parade en 2001 mais c’est tout.

Etre nu, c’est une provocation ?

Je tiens à provoquer la réflexion mais pas à choquer les gens! Provoquer pour provoquer ne m’intéresse pas. Les gens me disent « oh c’est rigolo, oh c’est possible, ou pourquoi pas ! » Je m’arrange aussi pour aller dans les quartiers ou je pense que l’acceptation sera la plus forte. La police nous dit « C’est un bonheur d’encadrer vos manifestations car il n y a pas d’agressivité » Les gens s’amusent à nos manifestations.

Etes vous pris au sérieux ? Je ne sais pas mais au moins grâce à la Cyclonudista les médias parlent de notre cause.. La situation avec les vélos doit changer, ma fille a 15 ans et je ne la laisse toujours pas aller en vélo à son école qui est à 2 km. Ils ont mis en place des villos (comme nos Vélib parisiens), c’est très bien mais sans l’aménagement qui va avec, c’est presque criminel! Grâce aux élections, on a au moins obtenu quelques mois avant les élections communales des pistes cyclables dignes de ce nom dans le centre! Typique Bruxelles, on refait les routes 3 mois avant le scrutin!

Qu’est ce que le naturisme représente dans tout ca ?

C’est totalement indépendant, ca n’est pas au programme d’Ecolo ! Ils savent que je suis naturiste, mais cette activité ne me sert pas à faire valoir mes idées au sein du parti.

Pensez-vous que les idées d’ecolo sont proches du naturisme ?

Il y a quand même une limite! Tous les naturistes ne sont pas écolos et tous les écolos ne sont pas naturistes! Mais c’est le parti qui, je pense, respecte le plus les différences et celui aussi où je me sens le mieux accepté.

Avez-vous toujours été naturiste?

Oui, ca n’est pas familial mais c’est ancré en moi, j’aime être nu dès que le temps me le permet.

Vous êtes plus que nudiste, vous êtes aussi nudien?

Oui, je fais partie de l’APNEL, l’association pour le naturisme en liberté, qui veut faire sortir le naturisme des endroits exclusivement reservés au naturistes. On a inventé le terme nudien. Il mixe naturiste et indien, à savoir le côté naturel de la vie des peuples primaires. Moi, je l’ai plus converti en naturisme au quotidien, j’ai pas envie d’avoir à faire des centaines de kilomètres pour avoir le droit de me mettre quelquepart, ni de passer des heures en voitures pour aller rencontrer des gens avec qui je n’ai que le naturisme en commun.

D’ailleurs, je n’aime pas le communautarisme et les regroupements, les isolements, les ghettos, je pense qu’on doit s’arranger pour vivre ensemble dans le respect de chacun et je pense que c’est ca la vraie vie.

C’est illégal de se promener nu dans la rue, non?

Il n’y a pas dans la loi d’interdiction de nudité, mais il y a des lois qui s’en rapprochent. En Belgique, par exemple, il y a une loi qui s’appelle  « attentat aux bonnes mœurs »,  mais il faut qu’il y ait une intention de nuir.. et donc la simple nudité, si elle n’est pas dans un but de provoquer, n’est pas punissable. Cela dit, je tiens à le faire avec le plus de respect possible donc je m’arrange pour avoir l’autorisation du propriétaire des lieux. Je suis rarement nu dans la rue car il est difficle d’obtenir une autorisation de la commune!

Comment les bruxellois acceptent-ils le naturisme?

Ce qui m’a le plus surpris, c’est que les gens l’acceptent bien! Les gens fantasmait sur la nudité publique en pensant que ca allait créer des problèmes, des émeutes. Mais si il y a un vrai respect de la part de la personne qui le fait, il n’y a aucun soucis! Il ne faut pas toujours avoir peur des initiatives un peu spéciales !

Vous vous sentez marginal?

Oui, c’est marginal et ca restera marginal. Selon les chiffres, 10% de la population serait naturiste,  et moi je fais parti du moins de 1% qui est naturiste dans les lieux publics. Je pense que ce 1% ne grossira pas. Je ne suis pas prosélyte, je ne veux pas que les gens fassent la même chose que moi. Je souhaite que les gens osent faire ce qu ils ont envie de faire, même si c’est atypique.

Et à Paris, comment êtes vous perçu?

Je suis devenu bruxellois et ne vais plus à Paris depuis longtemps mais j’ai bien peur que si je m’y rendais, on me dirait plutôt. Ici, les gens finissent par me connaître, ils ont confiance! Les belges sont très ouverts aux différences culturelles, ce qui n’est pas vraiment le cas des parisiens. Mais je n’ai jamais essayé, donc je n’en sais rien.

Vous avez un surnom, Jerôme Naturel..

(Ahah..) Oui, je l’ai inventé au début pour ne pas mélanger ma sphère pro et mon naturisme. En plus, je trouvais ca parlant ! Mais les médias n’ont pas vraiment suivi. Au final, Jérôme Jolibois, ca colle bien, surtout pour Ecolo !

Vous avez des fans ?

Pas vraiement, mais dans les lieux publics, les gens viennent me voir au bout de 20 minutes pour me poser des questions et me dirent ce qu’ils en pensent. Je me doutais que les gens accepteraient mais je ne pensais pas que ce serait à ce point unanime. Les critiques sont rares. Je pense que c’est parce que je ne fais pas de provoc’. En fait, je fais la même chose que les gens autours de moi, je bois mon café avec des amis, sauf que je ne suis pas habillé. Je ne m’exhibe pas, et les gens le ressentent. Il faut être à l’aise.

Que vous disent les gens?

Les discussions que j’ai avec les gens sont très enrichissantes.  Il m’est arrivé de parler pendant une demi heure avec une jeune femme musulmane dans une discothèque, elle habillée moi nu. Elle ne trouvait pas ca juste, aucun de nous deux n’a changé d’avis, mais on a pu rester dans la même soirée sans être d’accord et je trouve ca extraordinaire.

Merci beaucoup et n'hésitez pas à venir nous voir à Paris! On s'occupe du fan club!